Exposition Melting Point – Festival accès)s( #20

-> du 8 octobre au 12 décembre 2020

Réseaux sociaux, applications, plateformes, wikis… des youtubeurs aux créateurs des technologies électrocybernétiques, de la photographie numériques aux narrations interactives, du net-art en passant par le webdesign, les Glitch artistes et les communautés virtuelles, à travers le carrefour des internet (s), Melting Point explore un web hybride qui se conjugue au pluriel.

Voir le dossier de presse

« Installée face à son visiteur, cette œuvre gère en direct le reflet de son regardeur devenu avatar de ses traces numériques. Car Hekkah est une œuvre composée de flux Facebook, Twitter et Instagram prolongée par une installation interactive. Sculpture informationnelle qui incarne la quintessence de l’identité web 2.0 elle met en scène ce qu’est devenue l’identité contemporaine: un agrégat de traces sur des activités numériques, des changements de statut, des billets publiés par vous et par vos amis Facebook. Hekkah nous montre les limites du paradigme identitaire développé par le web. Être visible sur le web permet d’accroître le rayonnement identitaire, en permettant d’élargir son réseau social ouvert potentiellement à des millions d’utilisateurs. L’identité numérique devient alors la possibilité de consolider une réputation et de l’image numérique de soi, en donnant l’illusion d’en maîtriser enfin les marqueurs sociaux. »

Exposition Unlike

-> Chapelle des Augustins Poitiers, du 2 au 26 Février 2016

Unlike est une exposition imaginée par Thomas Cheneseau, qui présente la question des réseaux sociaux et de l’identité numérique sous l’angle du détournement artistique. L’exposition réunit et explore pour la première fois des oeuvres d’artistes internationaux qui s’approprient Facebook  en détournant, déroutant, jouant, banalisant l’outil premier à travers différentes créations (installations, environnements 3D, expérimentations sonore, clips musicaux, livre, peinture, sites Internet et plug-in pour navigateur). Le titre de l’exposition Unlike a toute son importance car ces œuvres sont souvent critiques face au réseau social, et font figures d’acte de résistance contre les codes, les limites de l’interface et questionnent notre présence en ligne.

Je publie donc je suis est une adaptation du projet Hekkah pour la Chapelle des Augustins. Le projet prend la forme d’un espace numérique alimenté en temps réel par les pensées, les réflexions et les actualités que chacun peut émettre autour du selfie sur le réseaux social Twitter. En s’approchant de l’installation, le visiteur fait apparaître son double sous la forme d’un Ange sombre miroitant le flux textuel environnant. Les contours de sa forme ne sont visibles qu’à travers l’activité et les publications en ligne. Lorsque l’actualité du selfie se fait plus rare sur le réseau, le corps se perd peu à peu dans l’obscurité. Chaque nouveau visiteur entrant dans l’installation vole ce corps qui passe ainsi de main en main et tente de persister dans nos mémoires.

img_7139dsc_0582imagecapture-decran-2017-02-21-a-15-28-06