UNLIKE US #2

Image

Unlike Us

Date: March 8-10, 2012
Location: TrouwAmsterdam,  Wibautstraat 127, 1091 GL Amsterdam, The Netherlands.

Présentation publique du projet par Thomas Cheneseau

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Parcours Interactif #4 // REGARDS D’ARTISTES SUR LES MEDIAS SOCIAUX // Etape 2

La deuxième étape du Parcours Interactif #4 a lieu à Cap Sciences Bordeaux, du 1er Aoùt au 1er Novembre 2011.

Sud Ouest

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Parcours Interactif #4 // REGARDS D’ARTISTES SUR LES MEDIAS SOCIAUX // Etape 1

La première étape du Parcours Interactif #4 a lieu à la Médiathèque municipale de Mérignac du vendredi 4 mars au samedi 2 avril 2011.

Les Parcours interactifs sont des expositions multimédias créées à l’initiative de Médias-Cité qui sillonnent le territoire aquitain pour faire découvrir au grand public la culture liée aux nouvelles technologies .

Le Parcours Interactif #4, « Regards d’Artistes sur les Médias Sociaux » propose des approches différentes pour aborder, découvrir et redécouvrir les usages que nous avons d’outils comme Facebook, Twitter, Flickr ou en…core Second Life… Partage de données, géolocalisation, mondes virtuels… Ces espaces non tangibles dans lesquels nous naviguons sur Internet croisent indéniablement notre vie « réelle » au quotidien. Ces mondes qui nous semblent être des entités parallèles sont pourtant des univers qui se répondent sans cesse.

Les artistes sont témoins de leur temps et sont eux-mêmes en capacité de produire des regards critiques vis-à-vis de ces outils. En effet certains artistes créent, détournent, assemblent les usages de ces Médias Sociaux pour en livrer un regard moqueur, critique, voire interrogeant.
Regard critique, pour s’interroger sur nos identités et nos données en ligne (avatars, statuts, photos de profil…) ; regard artistique et imaginaire, pour montrer l’immensité des possibles dans les mondes virtuels ; regard plein de poésie qui détourne les usages premiers de ces outils technologiques parfois cliniques, pour en faire de la musique ou des livres, ou encore créer des entités virtuelles nourries des flux des réseaux sociaux…
Les six œuvres présentées lors de ce Parcours ont été créées à partir des outils et des usages issus de nos pratiques sur le Web 2.0 dans un but créatif et de réflexion sur ces modes de communication et d’échanges contemporains. Le public, aguerri comme néophyte, (re)découvrira les pratiques liées aux Médias Sociaux de manière à les aborder d’un point de vue artistique et créatif, mais aura également la matière pour construire une distance critique autour de leurs usages.

Les artistes du Parcours #4 « Médias Sociaux, regards d’artistes »

Acting Without Reality // « HEKKAH »

Maxime Marion et Emilie Brout // « The Road Between Us »

Grégory Chatonsky // « Le Registre »

Albertine Meunier // « Variations sur Angelinos »

Anne Astier // « Fleurs de vie »

Antoine Schmitt // « Le Grand Générique »

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Résidence de création à Médias-Cité

Pendant cette résidence à Médias-Cité, le travail sur les connexions réseaux, la programmation sonore et visuelle, et la scénographie de HEKKAH a pu être mené.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

FANNY GEORGES // MAGAZINE DU CIAC « Je est un autre »

3 Juillet 2010

« Je est un autre »

Fanny Georges est chercheur en communication (CNRS, Telecom ParisTech) et auteur de l’ouvrage Identités virtuelles. Les profils utilisateur du web 2.0, paru aux éditions Questions théoriques en 2010.

L’identité en ligne est devenue un espace de l’expérience du « je » comme un autre. L’utilisateur, en créant un avatar pour communiquer ou voyager dans les mondes virtuels, produit une entité qui remplace son corps dans cette seconde vie. Identité à dominante fictive et imaginaire dans les jeux en ligne ou les chats 3D comme Second Life, ou identité au caractère réaliste dans les récentes applications de réseaux sociaux comme Facebook, l’avatar prend de multiples formes, du personnage en 3D à la feuille de profil.

Hekkah est une œuvre de net art générant un avatar composé de flux d’informations Facebook. « HEKKAH est constituée d’un profil et d’une application facebook prolongés par une installation interactive. Ces deux espaces sont connectés dynamiquement et dialoguent dans un processus rétroactif. En devenant ami d’HEKKAH à travers son profil facebook, le public accepte d’alimenter un projet artistique visible dans un espace d’exposition: HEKKAH est une interface entre l’art et le monde. » Créée par le collectif Acting Without Reality (AWR), composé de Raphaël Isdant, Thomas Cheneseau, et Samuel Huron, HEKKAH est une sculpture informationnelle qui incarne la quintessence de l’ « identité web 2.0 » : « HEKKAH est une entité numérique omnisciente et curieuse, qui habite les réseaux sociaux du web dans le but de se nourrir de nos vies quotidiennes. » Que devient l’identité à la lumière des traces de nos vies quotidiennes informatisées ?

Hekkah révèle l’essence de l’expérience identitaire sur internet : le flux. Dans le web « 1.0 », l’utilisateur était maître de sa représentation et se présentait généralement par les informations qu’il choisissait lui-même pour se présenter. Dans les applications du web 2.0, l’utilisateur n’est plus seulement déterminé par les informations qu’il saisit lui-même pour se présenter, mais également par des informations sur ses activités qui sont captées par les applications et notifiées sur sa page de profil : « untel est désormais ami avec untel », « untel a téléchargé telle application et a obtenu tel résultat au test de personnalité »: les flux d’activités qui structurent le corps d’Hekkah représentent l’essence de cette identité comme flux d’informations. Ce corps est comparable à l’hexis corporelle, le corps informé par ses actions.

Les dispositifs pourvus de systèmes de géolocalisation permettent de localiser les utilisateurs, parfois à leur insu. L’identité est devenue agissante, c’est-à-dire non plus fondée sur des informations volontairement saisies pour se représenter, mais fondée sur une captation des activités de l’utilisateur. Pour exister, il devient dès lors nécessaire d’agir, de se manifester en permanence pour prendre existence. A l’image de Facebook, Hekkah se nourrit des informations qu’elle peut capturer sur les activités de l’utilisateur. HEKKAH met en scène ce qu’est devenue l’identité aujourd’hui : un agrégat de traces sur des activités, des changements de statut, des billets publiés, par elle et par ses « amis » Facebook. Si son réseau la raye de ses contacts, elle disparaît ; si le réseau n’a plus d’activités, elle disparaît. Pur produit de la consommation à l’œuvre dans les réseaux sociaux, HEKKAH donne forme à l’idéologie implicite du web 2.0. Elle se nourrit des activités en ligne de ses « contacts » ; son existence dépend de l’activité de ses « contacts ».

Hekkah nous montre les limites du paradigme identitaire développé par le web 2.0. Pour exister, il faut être perçu : l’identité numérique donne des outils pour démultiplier les indices de l’existence. Etre visible sur le web permet d’accroître le rayonnement identitaire, en permettant d’élargir son réseau social et d’être visible potentiellement par des millions d’utilisateurs. En cela, l’identité numérique, plutôt que de présenter le je comme un autre, donne la possibilité de consolider la construction de sa réputation et de l’image de soi, en donnant l’illusion de maîtriser enfin ces marqueurs sociaux que, dans la vie non interfacée, le corps porte dans une contingence déterministe. Mais aujourd’hui, la liberté s’altère à l’aulne de ce corps capturé, numérisé, tracé. En laissant le sentiment que son existence dépend de sa captation.

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire